• 0
    Votre panier est vide

Federico Zandomeneghi, impressionniste romantique

Federico Zandomeneghi, impressionniste romantique

04/03/2019

Certes, nous connaissons tous des impressionnistes français comme Monet, Renoir, etc. ou nous en avons entendu parler, mais presque jamais de leurs collègues italiens.

Federico Zandomeneghi en fait partie. Né en 1841 à Venise et fils de l'art car son grand-père et son père étaient des sculpteurs de renom, il était attiré par la peinture dès son enfance. Après avoir fréquenté l'Académie des Beaux-Arts de Milan, il se rend à Paris en 1874 où il est fasciné par le mouvement impressionniste. Ici, il s’établit définitivement, participant à de nombreuses expositions des impressionnistes et se liant d'amitié avec beaucoup d'entre eux; son ami le plus proche est Edgar Degas, dont il s'inspire souvent pour ses œuvres (les deux s'intéressent à l'étude de la figure humaine, mais Federico se démarque car ses œuvres ont une touche plus sentimentale). La particularité de Zandomeneghi était l'utilisation de pastels à l'huile, avec lesquels il a rendu les tons de ses tableaux encore plus doux.

Zandomeneghi, malgré la proximité des thèmes des impressionnistes tels que les images des toilettes féminines ou de Paris, s'intéresse davantage au quartier de Montmartre, la maison par excellence des artistes, musiciens et écrivains non conventionnels. En fait, les sujets qu'il peint recréent l'environnement dans lequel il vit chaque jour.

Grâce à l'influence de Pissarro, il commence à réaliser des œuvres en plein air, enrichissant son répertoire de vues champêtres, bien que son sujet préféré reste la figure féminine, élégante mais en même temps très simple et quotidienne, avec des couleurs pastel et des tons doux, fortement inspirés par les peintures de son ami Degas.

Parmi celles-ci, la peinture à l'huile Languore, datée vers 1890, montre exactement le style de Federico Zandomeneghi. Une jeune femme est représentée alors qu'elle se coiffe, allongée sur un drap turquoise, en contraste frappant avec son teint rose pâle, ses cheveux roux et sa robe rose pêche aux décorations bleues typiques de l'époque (Zandomeneghi a travaillé pendant quelque temps comme illustrateur pour des magazines de mode, il accorde donc une attention particulière aux vêtements des modèles). Le visage regarde vers la droite et la pâleur n'est interrompue que par la légère rougeur des joues. Le style, à mi-chemin entre l'impressionnisme et le romantisme, montre des tons délicats, les contours sont flous et tout cela donne à l'œuvre un sens irréel.

Article par Tiziana Stella - Liceo Artistico Giordano Bruno (Albenga) dans le cadre du programme Alternance école-travail. Coordinatrice du projet: prof. Simona Antonietta Damonte